Université, service public ou secteur productif ? - Université de Paris - Faculté Sociétés et Humanités Access content directly
Journal Articles La vie des idées Year : 2024

Université, service public ou secteur productif ?

Abstract

L'annonce d'une « vraie révolution » de l'Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR) par Emmanuel Macron le 7 décembre, a pour objet, annonce-t-il, d'« ouvrir l'acte 2 de l'autonomie et d'aller vers la vraie autonomie avec des vrais contrats pluriannuels où on a une gouvernance qui est réformée » sans recours à la loi, avec un agenda sur dix-huit mois et sans modifications de la trajectoire budgétaire. Le président sera accompagné par un Conseil présidentiel de la science, composé de scientifiques ayant tous les gages de reconnaissance, mais sans avoir de lien aux instances professionnelles élues des personnels concernés. Ce Conseil pilotera la mise en oeuvre de cette « révolution », à savoir transformer les universités, en s'appuyant sur celles composant un bloc d'excellence, et réduire le CNRS en une agence de moyen. Les composantes de cette grande transformation déjà engagée sont connues. Elle se fera sans, voire contre, la profession qui était auparavant centrale. Notre objet ici n'est ni de la commenter, ni d'en reprendre l'historique (Voir Charle 2021 1). Nous en proposons un éclairage mésoéconomique 2 qui donne un nouvel éclairage que ne perçoit ni la perspective macroéconomique qui pense à partir des agrégats, des valeurs d'ensemble ni l'analyse microéconomique qui part de l'agent et de son action individuelle. Penser en termes de mésoéconomie permet de qualifier d'autres logiques, d'autres organisations, et notamment de voir comment les dynamiques d'ensemble affectent sans déterminisme ce qui s'organise à l'échelle méso, et comment les actions d'acteurs structurent, elles aussi, les dynamiques méso. La transformation de la régulation administrée du système éducatif, dont nombre de règles perdurent, et l'émergence d'une régulation néolibérale de l'ESR, qui érode ces règles, procède par trois canaux : transformation du travail et des modalités de construction des carrières ; mise en concurrence des établissements ; projection dans l'avenir du bloc hégémonique (i.e. les nouveaux managers). L'action de ces trois canaux forment une configuration nouvelle pour l'ESR qui devient un secteur de production, remodelant le système éducatif hier porté par l'Etat social. Il s'agissait de reproduire la population qualifiée sous l'égide de l'Etat. Aujourd'hui, nous sommes dans une nouvelle phase du capitalisme, et cette reproduction est arrimée à l'accumulation du capital dans la perspective de rentabilisation des connaissances et de contrôle des professionnels qui l'assurent. Le couplage de l'évolution du système d'ESR avec la dynamique de l'accumulation, constitue une nouvelle articulation avec le régime macro. Cela engendre toutefois des contradictions majeures qui forment les conditions d'une dégradation rapide de l'ESR.
Fichier principal
Vignette du fichier
Lamarche et Michel Janv24-révisé.pdf (1.38 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04456639 , version 1 (14-02-2024)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04456639 , version 1

Cite

Thomas Lamarche, Sandrine Michel. Université, service public ou secteur productif ?. La vie des idées, 2024. ⟨hal-04456639⟩
36 View
12 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More